Catégories
Agriculture, Élevage, Pêche, Chasse

La méthode de la culture sur brûlis utilisée dans l’agriculture

La culture sur brûlis est l’un des plus anciens types d’agriculture. De nos jours, les effets néfastes de la culture sur brûlis attirent davantage l’attention que ses avantages. Voici quelques informations intéressantes sur cette méthode, comme ses origines, sa signification, ses avantages, ses principaux inconvénients, ainsi que les étapes à suivre et les endroits où elle est pratiquée.

Le saviez-vous ?

La combustion des forêts pour l’agriculture itinérante sur brûlis dans le bassin de l’Amazone est visible depuis l’espace extra-atmosphérique.

L’agriculture itinérante est un type d’agriculture dans lequel une partie de la forêt est défrichée pour obtenir des terres pour les cultures. Les cultures prospèrent uniquement grâce à la fertilité inhérente du sol lui-même ; aucun engrais extérieur n’est ajouté. Après que les cycles successifs de cultures aient épuisé la quantité de nutriments présents dans le sol, la production devient progressivement inadéquate.

De plus, pendant tout ce temps, les mauvaises herbes concurrencent constamment les cultures. Lorsque la récolte diminue jusqu’à une limite inacceptable, ou si les mauvaises herbes envahissent complètement le champ, celui-ci est alors abandonné afin que la végétation naturelle puisse reconquérir le terrain. La culture est alors effectuée sur une autre partie du terrain, après l’avoir débarrassée de toute végétation. Ce processus se poursuit.

Il est évident que ce type d’agriculture comporte son lot d’inconvénients. Si les dommages causés à la forêt et à ses habitants en sont le résultat direct, on reproche également à l’agriculture itinérante de drainer la fertilité des sols, et d’être non durable.

C’est d’autant plus vrai dans la situation actuelle, où chaque parcelle de forêt est vitale pour purifier l’air de ses polluants nocifs, et pour abriter la faune et la flore de la planète qui s’amenuisent. De tous les types d’agriculture itinérante, la culture sur brûlis est la plus répandue et la plus tristement célèbre.

Méthode du brûlis : Signification

L’agriculture itinérante sur brûlis, également appelée agriculture de type swidden ou Jhum, consiste à cultiver temporairement une partie de la terre qui a été débarrassée de sa couverture forestière naturelle en allumant un feu. La propriété de la terre appartient à la famille qui la défriche et la cultive, jusqu’à ce que la perte de fertilité du sol l’incite à l’abandonner et à s’installer sur un autre site.

Des années plus tard, lorsque la croissance de la végétation naturelle rend le site à nouveau fertile, il peut être récupéré et défriché par une autre famille pour être cultivé. La plupart des cultures sur brûlis sont pratiquées dans les forêts tropicales et les prairies. Il s’agit de l’agriculture sur brûlis.

Popularité

L’agriculture sur brûlis est estimée être pratiquée par environ 200 à 500 millions de personnes dans le monde, soit environ 7% de la population humaine actuelle. Bien qu’elle ait été pratiquée auparavant dans les régions tempérées, elle est désormais plus courante sous les tropiques, près de la moitié des terres des régions tropicales étant actuellement consacrées à cette forme de culture.

Il s’agit d’une agriculture à brûlis.

Elle est pratiquée dans certaines parties de l’Afrique centrale, dans les régions septentrionales de l’Amérique du Sud et dans certaines parties de l’Asie du Sud-Est. Les origines de l’agriculture itinérante sur brûlis remontent à 12 000 ans, au Néolithique, qui a vu de grands progrès dans les outils agricoles.

.C’est la principale raison pour laquelle l’homme a pu passer de son mode de vie de chasseur-cueilleur à un mode de vie agricole stable, entraînant une poussée de la population humaine.

méthode brulis agriculture

Étapes de la méthode de l’abattage et du brûlage

A l’aide d’outils simples comme des haches, les arbres d’une région donnée sont tronçonnés, c’est-à-dire coupés, et laissés là où ils sont. Les espèces qui fournissent du bois d’œuvre, du fourrage pour le bétail et de la nourriture pour l’homme, peuvent être épargnées.

Brûlage de la forêt

On laisse les arbres et les plantes coupés reposer sur le terrain jusqu’à la prochaine saison sèche afin qu’ils puissent sécher. Juste avant le début des pluies, on met le feu à la biomasse, c’est-à-dire à la matière végétale et aux arbres. Les cendres produites rendront le sol fertile pour la culture.

Il n’y a pas d’autre solution.

Dans les régions qui reçoivent beaucoup de pluie, ce qui rend le séchage de la biomasse difficile, on la laisse se décomposer dans les conditions humides, plutôt que de la brûler. Cela libère les nutriments de la biomasse dans le sol, tout comme la combustion.

La clairière se forme

Avec l’arrivée des pluies, les cultures sont semées dans le champ recouvert de cendres. Dès lors, jusqu’à la saison des récoltes, les agriculteurs se préoccupent d’éliminer les mauvaises herbes qui pourraient concurrencer la culture. La végétation coupée d’autres régions peut être répandue sur le champ comme paillis.

Le défrichement est cultivé

Le champ est cultivé en plusieurs cycles, jusqu’à ce que le sol perde sa fertilité en raison des cultures successives. Ensuite, le site est abandonné pendant quelques années pour permettre à la végétation naturelle de prendre le relais et de reconstituer la fertilité du sol.

Le défrichement est cultivé.

L’agriculteur passe à la défriche d’une autre parcelle forestière par brûlis, jusqu’à ce que le champ précédent retrouve sa fertilité, auquel moment, il est déboisé et cultivé à nouveau.

culture sur brûlis agriculture

Avantages

C’est le moyen le plus facile de défricher une parcelle de terre pour la cultiver. Si un hectare de forêt tropicale est défriché, il produira environ 500 tonnes de biomasse, qui mettraient au moins 3 ans à se décomposer et à libérer la terre pour la plantation. La culture sur brûlis rend ce processus beaucoup plus rapide, économique, et nécessite moins de main d’œuvre.

Cette méthode est durable dans les zones moins peuplées, ou lorsqu’une grande forêt est disponible. C’est traditionnellement le cas, et les faibles populations permettent de laisser un champ cultivé en jachère pendant au moins 15 à 20 ans, ce qui est suffisant pour restaurer sa fertilité.

Cette méthode a été le type de culture le plus répandu dans le monde.

Il s’agit de type d’agroforesterie, où les cultures étaient entourées d’arbres. Cela a provoqué une perturbation de l’écosystème, mais ressemble aux perturbations naturelles subies par les forêts. L’agriculture moderne suit le système de monoculture, où un seul type de culture est cultivé. Tous les arbres d’une parcelle de terre doivent être abattus pour permettre le déplacement des équipements agricoles modernes.

Brûler une parcelle de forêt tue et chasse les parasites qui auraient attaqué les cultures. En outre, il permet aux éventuels parasites ou prédateurs de ces ravageurs de pénétrer dans la culture à partir des forêts environnantes pour contrôler leur infestation.

Les incendies peuvent aider les agriculteurs à s’adapter aux changements climatiques.

Les feux peuvent aider les tribus locales à capturer des animaux gibiers dans la forêt pour leurs besoins alimentaires.

culture sur brûlis

Des inconvénients

Sur les personnes

Cette forme d’agriculture, tout en permettant une existence au jour le jour pour les agriculteurs, les maintient dans la pauvreté. Cela est dû à la diminution de la récolte, car la fertilité du sol diminue. De plus, comme le champ doit être abandonné après quelques années, les agriculteurs doivent se déplacer loin, et ils ne peuvent pas protéger les cultures de rente des voleurs la nuit. Ils doivent faire de longues promenades quotidiennes.

Au fur et à mesure que les rendements diminuent, les gens peuvent être contraints de chercher d’autres sources de revenus, ou de tenter leur chance dans les villes, où ils peuvent avoir à endurer la vie dans les bidonvilles.

Malgré les opérations de désherbage effectuées par les agriculteurs, dans la plupart des cas, les mauvaises herbes réussissent à pousser sur le terrain. La main-d’œuvre nécessaire pour éliminer toutes les mauvaises herbes d’une culture infestée est généralement inférieure à celle nécessaire pour défricher une autre parcelle de forêt, de sorte que les agriculteurs peuvent être incités à brûler à blanc d’autres régions également.

Ce système nécessite la mise en culture de 15 à 30 hectares de terres, juste pour nourrir une seule personne, en raison de la diminution des récoltes et des longues périodes de jachère.

La culture sur brûlis n’est pas adaptée aux situations modernes, qui impliquent des populations importantes vivant autour de forêts en diminution. Dans de tels cas, la période pendant laquelle la terre est laissée en jachère, afin que la végétation naturelle puisse se rétablir, peut être de 3 à 5 ans, contre les 15 à 20 ans recommandés. Cela ne permet pas aux éléments nutritifs de retourner correctement dans le sol.

Sur l’environnement

Plusieurs espèces rares de plantes et d’animaux sont menacées par l’incendie des forêts. D’ailleurs, la variété maximale de la flore et de la faune se trouve dans les forêts tropicales, dont beaucoup sont en voie de disparition.

Les incendies peuvent faire rage pendant des jours, voire des semaines, jusqu’à ce que la biomasse soit complètement brûlée. Cela libère de grandes quantités de gaz comme le monoxyde et le dioxyde de carbone, le dioxyde de soufre et l’oxyde nitreux, qui contribuent au réchauffement de la planète et au changement climatique. On pense que la culture sur brûlis cause deux fois plus de pollution atmosphérique que celle causée par les voyages aériens annuels.

Le sol des forêts tropicales est naturellement infertile, car les conditions humides amènent les microbes à dégrader toute la matière organique bénéfique présente dans le sol. Mais les arbres forestiers sont bien adaptés à de telles conditions, et ils absorbent la nutrition du sol, et la concentrent dans leurs tissus.

Donc, la plupart des nutriments des forêts tropicales se trouvent dans les arbres, plutôt que dans le sol. Si les cendres formées lors de la combustion restituent la plupart de ces nutriments au sol, elles sont rapidement épuisées en seulement 3 à 4 cycles de culture, après quoi les terres doivent être abandonnées.

Si la culture sur brûlis est utilisée de manière non durable, il peut falloir plus de temps que la période de jachère pour que la terre retrouve sa fertilité perdue.

Elle peut provoquer des incendies de forêt accidentels dans d’autres parties de la forêt. Chaque année, la forêt amazonienne connaît 2 000 à 3 000 incendies accidentels. Une fois, une zone de forêt de 250 × 370 milles a été complètement dévastée par un tel incendie. Le défrichement de la végétation forestière peut provoquer des incendies accidentels dans d’autres parties de la forêt.

Le défrichage de la végétation forestière contribue à l’érosion du sol, en aidant le vent et l’eau courante à emporter le sol, qui aurait autrement été solidement retenu par les racines des arbres. En plus de réduire la fertilité du sol, cela augmente l’occurrence des glissements de terrain et des inondations.

Le sol emporté par le vent et l’eau pénètre dans les plans d’eau et forme des sédiments. Cela réduit la lumière du soleil qui pénètre dans l’eau, ce qui entraîne la mort des coraux dans les océans. Comme les coraux abritent un grand nombre de poissons, les prises des pêcheurs seront réduites, ce qui augmentera la pauvreté dans la région.

En raison des mauvais effets de la culture sur brûlis, des efforts sont faits pour promouvoir des systèmes d’agriculture alternatifs. Il s’agit notamment de la culture en allée, dans laquelle les cultures sont pratiquées entre des rangées d’arbres de la forêt naturelle, et de la rotation des cultures, dans laquelle deux cultures se succèdent. La deuxième culture restitue au sol ces éléments nutritifs que la première a éliminés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *