Catégories
Auto, Moto, Scooter, Vélo, Autres véhicules

Scepticisme général à l’égard des voitures autonomes qui se conduisent seules

La perspective de voir des voitures à conduite autonome sur la route est un fantasme humain depuis des décennies. Depuis quelques années, nous commençons à la voir devenir une réalité.

Comme ce qui ne devrait choquer personne, quelque chose d’aussi révolutionnaire vient certainement avec une juste part de douleurs de croissance. Pour autant de battage médiatique qu’ils obtiennent, il y a eu des quantités égales (sinon plus) de scepticisme entourant les voitures à conduite autonome et l’impact qu’elles auront sur la vie quotidienne. Après tout, le concept de base de cette innovation met essentiellement les vies humaines complètement entre les mains des ordinateurs.

Même le président a fait part de sa désapprobation.

Parlons de quelques-uns des principaux points de mécontentement entourant les véhicules autonomes.

N°1 : La technologie autonome n’est pas irréprochable à 100%

À la mi-mars, le président Donald Trump aurait rejoint les 71% d’Américains qui se méfient des véhicules autonomes. Trump aurait déclaré à un collègue membre d’un club de golf, qui s’extasiait sur les capacités d’auto-conduite de sa nouvelle Tesla, Ouais c’est cool, mais je ne monterais jamais dans une voiture autonome… Je ne fais pas confiance à un ordinateur pour me conduire..

Pour beaucoup, c’est un point valable. Uber et Tesla, deux entreprises qui s’efforcent de mener la charge de l’industrie des voitures à conduite autonome, ont été confrontées à plusieurs obstacles majeurs. Au cours des dernières années, il y a eu une multitude d’accidents découlant de fonctions de pilotage automatique défectueuses ; dont certains se sont soldés par des décès.

Pour rappel, le principe de base des voitures à conduite autonome est de mettre le passager entre les mains de la technologie autonome. Tout dysfonctionnement, quel qu’il soit, peut potentiellement faire la différence entre la vie et la mort. En d’autres termes, il ne peut y avoir absolument aucune marge d’erreur.

Mettre sa vie entre les mains d’une machine est une réalité extrêmement difficile à appréhender pour la plupart des gens. Même avec tous les tests, les perfectionnements et les statistiques prometteuses, il y a toujours une chance que quelque chose se passe mal. Les conditions météorologiques imprévisibles, le terrain, les obstacles, etc. sont autant d’éléments qui entrent en ligne de compte pour évaluer la confiance dans la technologie sans conducteur. Un seul cas de dysfonctionnement de la technologie suffira à retenir les gens d’embrasser les voitures à conduite autonome.

feu rouge

No. 2 : déplacement de la responsabilité

L’un des sous-produits les plus intéressants des voitures à conduite autonome est que la responsabilité humaine est essentiellement inexistante.

Alors, à qui revient la responsabilité en cas d’accident ?

La réponse la plus courante serait le constructeur automobile. Le moindre dysfonctionnement des capacités autonomes pourrait entraîner un procès lourd. Si tel est le cas, pourquoi les constructeurs automobiles voudraient-ils même produire des voitures à conduite autonome alors que tout ce qui tourne mal pourrait automatiquement être de leur faute ?

Tesla a été dans l’eau chaude des accidents de voiture découlant de leur fonction de pilotage automatique. Malheureusement, ils n’ont pas été trop acceptés quand il s’agit de responsabilité. En mars 2018, un conducteur du nom de Wei Huang utilisait la fonction de pilotage automatique dans son Model X. Le véhicule a fini par percuter une barrière de séparation et a pris feu. Huang est malheureusement décédé des suites de l’accident. Ci-dessous, la réponse de Tesla :

L’accident s’est produit par temps clair avec plusieurs centaines de pieds de visibilité devant, ce qui signifie que la seule façon pour que cet accident se produise est qu’il n’a pas prêté attention à la route, malgré les multiples avertissements de la voiture pour le faire.

Au fur et à mesure que les voitures à conduite autonome envahissent la route, il est logique de penser que la loi sur les citrons va avoir plus d’influence à la suite d’accidents, car l’erreur humaine sera effectivement éliminée de l’équation.

En tant qu’avocat spécialisé dans la loi citron à San Diego, j’ai vu de multiples cas liés à des logiciels défectueux. Actuellement, la loi citron s’applique à la fois aux problèmes de matériel et de logiciels. Au fur et à mesure que le temps passe, les logiciels défectueux joueront certainement un rôle beaucoup plus important dans la façon dont les affaires se déroulent. Il semble que cette tendance s’accentuera avec la progression des fonctionnalités autonomes.

No. 3 : Absence de réglementation adéquate

À bien des égards, les réglementations conventionnelles ne se traduiront pas par des voitures sans conducteur. Ces réglementations sont traditionnellement basées sur les normes fédérales de sécurité des véhicules automobiles (FMVSS). Élaborées au cours de plusieurs décennies, ces réglementations énoncent les exigences de performance pour les pièces d’un véhicule liées à la sécurité. Il s’agit notamment de composants tels que les freins, les airbags, les rétroviseurs, les lampes, etc.

Le fabricant du véhicule doit répondre à toutes ces exigences avant que celui-ci ne soit mis sur le marché. Pour les véhicules conventionnels, à commande humaine, les réglementations fédérales ne vont pas trop en profondeur sur la façon exacte dont les fabricants testent les véhicules. Mais là encore, ce n’est pas vraiment nécessaire. Le développement et les tests des voitures conventionnelles se font dans des installations privées où les véhicules ne représentent aucune menace pour le public.

Avec les voitures sans conducteur, le processus de test est complètement différent. En faisant abstraction des humains, la capacité la plus importante des voitures sans conducteur est leur adaptation aux situations du monde réel. Ces obstacles sont presque impossibles à reproduire sur des pistes privées. Cela dit, les constructeurs doivent placer les véhicules autonomes sur des routes publiques pour des tests de sécurité afin de démontrer clairement que le produit est sûr. Le résultat est que les autres conducteurs sur la route sont essentiellement des participants involontaires à ces tests.

En septembre 2017, la Chambre a adopté une loi appelée SELF DRIVE Act, qui créerait de larges exemptions aux FMVSS pour les voitures sans conducteur. Cela obligerait les fabricants à soumettre des rapports de sécurité expliquant les principales caractéristiques de sécurité des voitures à conduite autonome.

Bien que cela puisse être un pas dans la bonne direction, une réglementation efficace pour les voitures sans conducteur reste l’un des plus grands points d’interrogation entourant cette innovation.

La conclusion

Au niveau de la surface, l’idée de voitures sans conducteur est un rêve devenu réalité pour certains. La perspective de pouvoir s’asseoir et se détendre pendant que le véhicule s’occupe de la conduite est suffisante pour exciter n’importe qui. Cependant, en regardant sous tout le battage médiatique, il y a beaucoup de kinks qui doivent être travaillés.

Le scepticisme du grand public à l’égard des véhicules autonomes soulève certainement quelques bons points. Compte tenu de tout ce qui s’est passé avec cette technologie au cours des cinq à dix dernières années, il sera extrêmement intéressant de voir ce que l’avenir nous réserve.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *