Catégories
Geek, Multimédia, Jeux vidéos, Gamer

Les jeux vidéo sont-ils bons pour la santé de votre enfant ?

Les effets néfastes de la violence dans les jeux vidéo ont fait l’objet de nombreux débats. Cependant, qu’en est-il de ceux qui ne sont pas violents ? Peuvent-ils affecter la santé mentale, émotionnelle ou même physique de vos enfants ?

Des milliers d’études ont été littéralement réalisées pour déterminer si la violence simulée dans les jeux vidéo d’aujourd’hui a un effet néfaste sur les joueurs. La plupart d’entre elles ont reconnu qu’il existe un lien entre la violence des jeux vidéo et le comportement antisocial, en particulier chez les plus jeunes joueurs.

Ce ne sont plus seulement des jeux. Ce sont des machines à apprendre. Nous apprenons aux enfants, de la manière la plus incroyable qui soit, ce que c’est que d’appuyer sur la gâchette. L’accent est mis sur le frisson, le plaisir et la récompense. Ce qu’ils n’apprennent pas, ce sont les conséquences dans la vie réelle.

Violence

Brent Stafford, chercheur à l’université Simon Fraser en Colombie-Britannique (Canada) a mené une étude auprès de 600 jeunes joueurs de jeux vidéo. Résultat, il prévient que de nombreux jeux «entraînent les enfants à célébrer la violence». Maclean’s magazine rapporte : «Certains joueurs purs et durs, qui préfèrent les jeux les plus violents et les plus réalistes, «tuent» jusqu’à 1 000 «avatars» (personnages à l’écran) en une seule nuit, souvent dans des scènes d’un réalisme gore». Cette recherche a également montré à quel point ces jeux violents «engloutissent les jeunes esprits dans des univers qui les désensibilisent à la violence, voire au meurtre». D’ailleurs le jeu en ligne Super Columbine Massacre RPG, qui permettait aux joueurs de mettre en scène les événements tragiques qui se sont déroulés au lycée Columbine de Littleton, dans le Colorado, a donné lieu à une controverse.

Bien sûr, tous les jeux informatiques ou vidéo ne sponsorisent pas la violence. Beaucoup sont éducatifs ou encouragent la résolution créative de problèmes, comme la série de jeux Myst. Cependant, même s’ils n’encouragent pas vos enfants à sortir et à commettre des meurtres, il semble y avoir d’autres préoccupations concernant leurs effets sur la santé physique du joueur.

Des problèmes de développement du cerveau

Selon une étude réalisée au Japon, les jeux informatiques ne stimulent qu’une partie limitée du cerveau de l’enfant. L’étude a été réalisée par un professeur à l’université de Tohoku. Elle a consisté à faire des images du cerveau d’enfants jouant à des jeux vidéo, et à comparer ces images à celles d’enfants additionnant des nombres à un chiffre. Les résultats ont montré que les enfants qui jouaient aux jeux vidéo utilisaient une plus petite partie de leur cerveau. Il a fait valoir que si cela était vrai pour une tâche aussi monotone que l’addition de chiffres, il y aurait une différence encore plus grande si on la compare à des activités plus complexes, comme lire, jouer dehors et interagir socialement avec d’autres personnes.

Bien sûr, l’industrie du jeu vidéo n’est pas d’accord avec cette interprétation, arguant que diverses études ont montré que l’utilisation modérée de ces jeux peut en fait être une expérience positive. Même si la modération est la clé, elle ne semble pas être la norme. Selon eux «le joueur moyen d’Everquest, ou EQer, joue vingt heures par semaine». Les fans d’autres jeux consacrent un temps similaire à la pratique du jeu vidéo.

relation cerveau-coeur

Complications cardiovasculaires

Il a déclaré dans le journal El Universal de Mexico que jusqu’à 40% des enfants qui jouent constamment à des jeux vidéo développeront une pression artérielle élevée. Outre le manque d’exercice, ce problème peut survenir en raison du stress ressenti par les joueurs, car ils se plongent dans des situations perçues comme dangereuses, telles que des attaques, des combats virtuels et d’autres conflits. Le journal rapporte qu’il a «averti que cela fera flamber les cas de maladies cardiovasculaires, première cause de décès au Mexique.

Enfin, il faut considérer les similitudes entre les jeux vidéo et la télévision, cet autre obstacle moderne qui empêche de sortir et de jouer. Tous deux ont été accusés d’étouffer la créativité et le développement de l’imagination, parce qu’ils remettent une histoire à l’utilisateur, plutôt que de le forcer à l’imaginer par lui-même.

Obésité

Une préoccupation plus immédiate et plus évidente est le lien entre l’utilisation de ces formes modernes de divertissement et l’obésité. Ce lien n’a rien à voir avec le contenu du jeu ou de l’émission de télévision, mais plutôt avec le temps passé dans ces activités sédentaires. Le résultat est un manque d’exercice suffisant. Quelle est la gravité de ce problème ? Il a été rapporté qu’environ 40 % des enfants âgés de 5 à 8 ans sont considérés comme cliniquement obèses.

En 1993, le Dr a déclaré au The Toronto Star : «Les enfants d’aujourd’hui sont plus gros et plus sédentaires que jamais. L’obésité chez les enfants a augmenté de façon assez spectaculaire au cours des 20 dernières années». Selon le Star, les médecins avaient déjà «identifié le manque d’exercice comme un facteur de risque de maladie coronarienne, d’hypertension artérielle, de diabète et d’ostéoporose». Le Dr concluait : «Un enfant inactif a toutes les chances d’être un adulte obèse.

Les enfants qui ne font pas d’exercice ont toutes les chances d’être obèses.

En 1996, le Dr nutritionniste en santé publique, a été cité dans le journal The Weekend Australian comme ayant déclaré : «Les enfants australiens grossissent, et ils grossissent vite». Son inquiétude était fondée sur une étude qui montrait que le pourcentage d’enfants en surpoids en Australie avait doublé, au cours des dix années précédentes. Tout porte à croire qu’il continue à augmenter. Le journal a noté que, tout comme pour les adultes, le manque d’exercice était considéré comme la principale cause de cette augmentation d’enfants obèses, les régimes alimentaires riches en graisses étant également un facteur.

En 1999, Le Sunday Times de Grande-Bretagne citait des chercheurs qui affirmaient qu’un groupe d’enfants qu’ils avaient évalué était «tellement inactif, que leur rythme cardiaque était peu différent à l’état éveillé de ce qu’il est lorsqu’ils dorment.

Enfin en 2000, il a donné cet avertissement, comme le rapporte AsiaWeek : «L’obésité est l’un des problèmes de santé les plus graves auxquels est confrontée la jeunesse d’Asie». Une étude menée à Pékin a montré que plus de 20% des élèves du primaire et du secondaire étaient en surpoids. Pourquoi ? Parce que, selon le rapport, ces jeunes asiatiques passaient de plus en plus de temps à regarder la télévision et à jouer aux jeux vidéo. AsiaWeek poursuit en disant que sans un changement d’habitudes, y compris une alimentation plus saine bien sûr, ces enfants en surpoids pourraient être confrontés à l’hypertension artérielle, à des problèmes de foie, au diabète et à des problèmes psychologiques.

Brent Stafford, cité précédemment, a également déclaré que l’industrie du jeu vidéo, dont la croissance est de 17 milliards d’euros par an, est «plus importante que le cinéma et la télévision réunis». Dès lors, il y a de fortes chances que vos enfants jouent déjà à des jeux vidéo. La question est la suivante : savez-vous à quels jeux ils jouent, et pendant combien de temps ? Plus important encore, connaissez-vous l’impact que cela peut avoir sur leur santé mentale, émotionnelle et même physique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *